lundi 17 novembre 2008

LA GUERRE DES PRIX N'AURA PAS LIEU





Une fois l'an (c'est la coutume), des questions qui «fâchent» sont censées agiter le fameux et inexistant «milieu littéraire» :

- Les jurés des prix littéraires sont-ils corrompus ? (Mais oui! )

- Les éditeurs (et les grands groupes, Hachette et consorts) mettent-ils en péril l'indépendance des jurys ? (Bien évidemment !)

- Y a t-il de bons, de grands écrivains complètement oubliés dans ces festivités, lesquelles, de toute manière, ne concernent qu'un tout petit monde, qui ne se déplace qu'entre Saint-Germain-des-Prés et Odéon? (Oh ! Mais ça ne fait pas un pli ! )


Donc je laisse les autres tenter de répondre à ces brûlantes questions, qui préoccupent trois personnes 1/2 sur des plateaux télé, ravies de pouvoir palabrer sur ces marronniers littéraires, qui sont de saison après tout (nous sommes en novembre).

Qu'ils commentent à leur aise le Goncourt décerné à Atiq Rahimi ou le Prix Décembre à Mathias Enard, je suis bien contente pour eux moi, et je les laisse faire avec bienveillance. Car attention, hein, je ne vais pas vous faire le coup d'écrire que ceux qui ont le Goncourt sont tous des pourris alors que ceux qui obtiennent de petits prix que personne ne connaît sont formidables. Mais j'ai autre chose à raconter, voilà tout : je viens vous parler d'un prix littéraire d'une part, et d'un recueil de nouvelles d'autre part.


Alors, d'abord, le prize itself: c'est un chouette prix qui a été décerné jeudi dernier, c'est à dire le 13 novembre, et qui s'appelle le Prix du Style. Notez que c'est en soi un très bon nom pour qualifier une récompense littéraire, n'est-ce-pas, puisqu'il met en valeur la qualité d'une oeuvre et non celle du jury. Je m'explique: les prix littéraires sont plus souvent définis par leurs jurys que par les livres qu'ils défendent. Ainsi, la qualité principale du Goncourt des Lycéens est d'être décerné par des lycéens, le Fémina par des femmes, l'Interallié par des journalistes, etc, etc, etc.


Alors que le Prix du Style, pas du tout : d'abord, son jury est assez hétéroclite et plutôt people (seule raison valable pour rassembler David Abiker, Irène Frain, Ariel Wizman et Philippe Delerm dans un prix littéraire). Mais sa grande qualité est de récompenser un truc parfois un peu oublié, un truc un peu ringard, un truc qui s'appelle le style.




Et de belle manière, puisque le lauréat de cette année est infiniment talentueux et qu'il s'appelle Bernard Quiriny. Cet homme belge à la petite trentaine a écrit le meilleur recueil de nouvelles francophones de l'année, (bien que je ne les ai pas tous lus, faut être honnête). Et les jurés du Prix du Style ne s'y sont pas trompés, je vous assure, puisqu'ils ont voté en masse pour ces Contes Carnivores, de vrais bijoux de style préfacés par Enrique Vila-Matas, bref un livre que je conseille de vous offrir à Noël (au lieu d'acheter le Laurent Gaudé par exemple).




















Car voilà enfin un écrivain francophone qui ne verse ni dans l'autofiction nombriliste, ni dans les facilités du roman psychologisant, ni dans la fiction historique frelatée. Cela se fête! Dignement: les quatorze nouvelles de ces Contes carnivores sont autant de bijoux surréalistes. Il y a un peu du Passe-Muraille de Marcel Aymé, un peu d'inquiétante étrangeté à la Edgar Poe, un peu de fantastique à la Cortazar, un peu d'humour absurde à la Raymond Queneau... Je passe les références, on s'en fiche presque, mais sachez qu'on on tremble, on rit, on s'extasie, on dévore ces Contes carnivores, fables dignes d'un tableau de Dali, qui mettent en scène avec une jubilation érudite une femme-orange qui se boit, une langue d'Indiens que personne ne comprend, un suicide par tueur à gages interposé, ou un biographe d'homonymes célèbres (auteur d'une Vie de «Théophile Gautier, cordonnier à Lattes», ou de «Cambronne, représentant de commerce dans le Doubs».



Bernard Quiriny, Contes carnivores. 18 euros.





QUELQUES MOTS SUR LA B.O


The Old main Drag, des Pogues. Deux raisons à cela : j'adore l'Irlande (et j'adore les Pogues). Ensuite, cette chanson raconte l'histoire d'un gars qui arrive à Londres à 16 ans et qui se drogue et qui fait le tapin et qui est tout le temps défoncé et on le frappe souvent et c'est une très bonne chanson, qui, je le rappelle, figure au générique du film My Own Private Idaho de Gus Van Sant avec River Phoenix et Keanu Reeves :




THE OLD MAIN DRAG




When I first came to london I was only sixteen
With a fiver in my pocket and my ole dancing bag
I went down to the dilly to check out the scene
And I soon ended up on the old main drag

There the he-males and the she-males paraded in style
And the old man with the money would flash you a smile
In the dark of an alley youd work for a fiver
For a swift one off the wrist down on the old main drag

In the cold winter nights the old town it was chill
But there were boys in the cafes whod give you cheap pills
If you didnt have the money youd cajole or youd beg
There was always lots of tuinol on the old main drag

One evening as I was lying down by leicester square
I was picked up by the coppers and kicked in the balls
Between the metal doors at vine street I was beaten and mauled
And they ruined my good looks for the old main drag

In the tube station the old ones who were on the way out
Would dribble and vomit and grovel and shout
And the coppers would come along and push them about
And I wished I could escape from the old main drag

And now Im lying here Ive had too much booze
Ive been shat on and spat on and raped and abused
I know that I am dying and I wish I could beg
For some money to take me from the old main drag

5 commentaires:

Marc V. a dit…

Je salue d'abord votre retour...

Pour le reste, je me garderai bien de répondre aux trois questions liminaires, n'ayant nulle envie d'être trop durablement étiqueté germanodéonien... Cela étant, si je l'avais fait, j'aurais sans doute suggéré quelques réponses plus nuancées. Mais il y aurait trop à dire, vous avez raison - et nous pourrons en reparler de vive voix, une fois prochaine.

C'est bien que vous parliez de Bernard Quiriny. C'est un bel auteur, qui nourrit sa littérature à un imaginaire qui, dans la période, ne fait pas forcément florès. J'ai dit, dans un entretien au Magazine des Livres, tout le bien que je pensais de ses nouvelles, et de sa démarche. Pourtant, quand bien même je lui aurais très volontiers décerné un prix, je dois dire que je n'aurais pas d'abord songé au Prix du Style. Son écriture ne fait pas débat, c'est entendu, mais, selon moi, le style n'est pas la première de ses qualités. Ce qui ne signifie pas qu'il n'ait pas le sien propre, et c'est déjà beaucoup. Je sais qu'il prête beaucoup d'attention à son écriture, mais ce n'est pas sur ce point précis que je lui vois le plus grand talent.

Voilà, simple nuance dans votre paysage, et manière de vous dire mon plaisir à vous lire.

Lagrandesuisse a dit…

Ce post date de quelques mois déjà... J'en attends d'autres !
Marie-cassoulet

Anonyme a dit…

Ouais c'est vrai ce que tu dis ! je kiffe trop ton blog !

Anonyme a dit…

Ah ben si t'as pas compris c'est que tu sais pas jongler. Pour la peine je t'écris sur un autre de tes comptes...

Anonyme a dit…

Ben celui-ci, celui de ton blog érotique.